Exposition galerie Itinerrance
Auteur : Maye
Date :  Mai 2016 (photos prises en 05/2016)
Adresse : Galerie Itinerrance
                7bis rue René Goscinny - Paris XIII
Exposition du 6 mai au 18 juin 2016 - Galerie itinerrance
Victorien Liria, alias Maye, est né à Sète en 1990. Ce jeune artiste aime jouer avec les effets de lumières pour créer des paysages où la nature vient recouvrir les ruines d’un monde futuriste, un monde dans lequel il pose des personnages longilignes dont les corps sont composés pour partie d’éléments naturels, pour partie d’éléments artificiels.  
Cet artiste je l’avais découvert en mars 2016 à Nîmes. Un grand mur dans le quartier Gambetta qu’il avait créé pour « l’Expo de Ouf ! » 2015. 
Ce mur m’avait frappé par ses couleurs, sa composition, la précision du dessin, les détails innombrables que l’artiste y avait mis. Je m’étais mis dans un coin de la tête qu’il fallait que j’en connaisse un peu plus sur lui. 
Et divine surprise, le voilà qui fait sa première expo solo à la galerie Itinerrance, à Paris ! Medhi ne pouvait pas non plus passer à côté d’un tel talent ! 
Pour cette expo, Maye a créé un immense décor qui devient l’écrin de présentation pour la douzaine de grandes toiles qu’il expose. On se trouve totalement immergé dans un univers aux ambiances variées, avec des personnages qui semblent flotter sur des fonds épurés, ou bien une demoiselle qui vogue sur un marécage parsemé d’objets rouillés, ou bien encore un environnement urbain en noir et blanc parsemé de scènes amusantes du quotidien. En s’approchant un peu des toiles, on est frappé par les détails minutieux qui fourmillent. 
Un univers envoutant, sombre et optimiste à la fois. Sombre parce qu’il nous montre un monde dans lequel la relation entre l’homme et la nature est « fragile ». Optimiste par l’utilisation des couleurs et la luminosité qui se dégage des œuvres. 
Pour certains de ceux qui étaient présents au vernissage, Maye était une découverte. Et quelle découverte, car je pense que l’enthousiasme a été général – pour preuve, l’ensemble des œuvres exposées étaient vendues le jour même…